Vous êtes ici.

Murailles tragiques

Exposition
Murailles tragiques - Port-louis

En 1944, soixante-neuf résistants sont fusillés à la citadelle de Port-Louis. La plupart sont âgés de 18 à 25 ans. Leurs corps ne seront découverts qu’en mai 1945, il y a 70 ans. Dès 1940 la résistance à l’Occupant se manifeste à Port-Louis sous des formes plus ou moins organisées. À partir de 1943, l’aggravation des conditions de vie et l’intensification du STO (Service de travail obligatoire) incitent des milliers de jeunes opposants à entrer dans la clandestinité. Dans l’attente du débarquement allié, les actes de sabotage visent à désorganiser l’action de l’ennemi. En 1944, le général allemand Düvert ordonne l’installation d’une prison à l’intérieur de la citadelle. C’est là que soixante-neuf résistants seront emprisonnés et fusillés avant l’été 44, près de trois fosses situées à l’extérieur de la citadelle. Ils étaient originaires du Morbihan, du Finistère et des Côtes d’Armor. Port-Louis se trouvant dans la Poche de Lorient, où les troupes nazies résistent à l’avancée alliée, la ville n’est libérée qu’en mai 1945. La découverte des fosses contenant les dépouilles a lieu le 18 mai 1945. Les victimes de la citadelle sont exhumées le 23 mai 1945 par des prisonniers allemands employés à fouiller les décombres. Cette date reste gravée dans la mémoire locale et, chaque année, une commémoration a lieu au Mémorial érigé en 1959.[...]