Vous êtes ici.

Le mois du dessin contemporain à la galerie d.x

Exposition
Galerie dx Bordeaux
Le mois du dessin contemporain à la galerie d.x - Bordeaux

artiste invité: Lionel SABATTE et F. BARD / L. DETOT / M. LEKLETI / G. MARSEILLE / B. OUVRARD / M. ROBINE / V. VELICKOVIC. LIONEL SABATTE Les œuvres de Lionel Sabatté racontent ses fascinations : celles pour le monde de la nature, l’eau, la terre, celles pour le monde animal, le monde végétal, ainsi que les marques de fragilité et d’éphémère que ces mondes portent en eux. Les œuvres de Lionel Sabatté racontent l’abîme de l’inconscient, habité de chimères que seul le rêve sait restituer, mi-bêtes mi-monstres, semblables à des existences imaginées, peuplant les fonds sous-marins. « Ici la beauté et l’informe s’accouplent … » FRANCOIS BARD Né en 1959 vit et travaille à Paris Tout, dans la peinture de François Bard, combine une observation aiguë de notre époque et une mythologie personnelle. A mi-chemin entre la grande tradition picturale et un univers fortement cinématographique, l’artiste campe un monde profond et intimiste. Telle un clair-obscur, sa technique déploie un chromatisme flamboyant et sourd à la fois. Sa peinture fine et vieillie, évoque une fresque, toute contemporaine, une manière pour l’artiste d’interpréter sa vision de la Vanité. La profondeur de ses sujets laisse penser à une toile traitée comme un écran de cinéma, noir, intense, propice à la mise en abîme. Le vocabulaire de François Bard puise du côté des héroïnes de David Lynch, des gueules cassées de Martin Scorcese et, plus généralement, des grands road movies à l’américaine. Grands formats et cadrages photographiques obligent le spectateur à la confrontation. Ses personnages et ses paysages, bien qu’étrangers, nous paraissent étonnamment familiers. Le travail de François Bard est rebelle à toute forme de catégorie ; ses toiles se jouent des codes de la narration et manipulent à souhait notre regard. MOHAMED LEKLETI Les œuvres de Mohamed LEKLETI représentes des hommes, des femmes et des objets bien réels, et au premier regard on retiendra un graphisme à la fois précis, virtuose, énergique et même décoiffant, au sein d’une thématique : celle du mouvement. A y regarder de plus près cependant, les sujets représentés : corps violemment enroulés, femmes chahutées, formes monumentales en déséquilibre, cycle lancés dans d’infernales courses, tous n’ont de réel que l’apparence, et semblent participer plutôt à un gigantesque chaos. Ceci n’est pas anodin : l’artiste nous force ainsi à aller au delà du visible et à pénétrer dans un univers de non-sens, en lutte et en déséquilibre permanents, véritable cauchemar, à l’image même du monde au quel nous participons. Par sa virtuosité l’artiste raconte à la fois la puissance et la fragilité de la vie. GWEN MARSEILLE Né en 1977, St Germain-en-Laye. Vit et travaille à Bordeaux 2000 : Diplômé d’Arts Plastiques, Bordeaux III. Attaché à documenter le réel, Gwen Marseille récupère des photos dans les albums de sa famille ou photographie lui-même des portraits, des scènes de vie de ses proches ou d’anonymes. Entre style documentaire et autofiction, quoique n’étant pas suffisamment neutre pour appartenir à l’un et narratif pour prétendre à l’autre, il réalise des images ambiguës à partir d’un langage pictural et graphique qui questionnent la certitude du Réel. BERNARD OUVRARD Né le 02 juin 1942 à Rimons - Gironde. Il fait ses étutes à l’Institut supérieur de peinture Van Deer Kelen, Bruxelle et expose en France, Espagne, Japon, Suisse et Italie. Bernard Ouvrard est un grand enfant aux cheveux gris. Si le temps a creusé quelques rides sur son front et a blanchi sa crinière de vieux mage, il n’a eu aucune prise sur la fraîcheur de son cœur innocent. […] Pointant son pinceau et sa palette en guise de lance et de bouclier, ce chevalier errant se confronte aux mystères de la complexité humaine comme un héros pacifique qui s’entête à interroger le monde. MICHELE ROBINE Michèle Robine diplômée de l’école des Beaux arts, est une artiste Bordelaise. L’exposition qu’elle nous propose réunit des œuvres en noir et blanc, magnifiées par l’encre ou l’acrylique et des œuvres de grande taille, transfigurées par la matière et la couleur, réalisées sur papier ou fibre de verre. Son univers, la figuration subjective, allie avec subtilité un gout pour le spectaculaire ainsi que le pour le vulnérable, articulés autour de la thématique proposée : celle du visage. Son travail en noir et blanc est le fruit de croquis réalisés à la volée, qui deviendront de grands dessins à l’encre. La fibre de verre quant elle, apporte des mises en irisations ainsi que des jeux de lumière créés par la transparence. Michèle Robine bouscule les certitudes par ses visages et leurs stigmates, en une vision où alternent brutalité charnelle et finesse. VLADIMIR VELICKOVIC Né en 1935 à Belgrade, il expose dès 1963 après son diplôme d’architecture. Il reçoit le prix de la biennale de Paris en 1965 et s’installe alors à Paris où il vit et travaille encore aujourd’hui. Il est révélé dès 1967 par une exposition à la galerie du Dragon et apparaît aussitôt comme un des artistes les plus importants du mouvement de la Figuration narrative. Il peint et dessine sur toile, papier ou carton, la condition humaine, la guerre et les souffrances qu’il a rencontré durant sa vie. Pourtant, ses hommes, ses paysages sont tellement actuels et universels, comme il le dit lui même : « je peins ce que l’homme fait à l’homme » Dans ces scènes de désolation le feu apparait comme signe de destruction et de violence subie. Par ses toiles, Vladimir Velickovic nous livre ses FEUX, nos feux.[...]

SES AUTRES ÉVÉNEMENTS

Voir les évènements