Vous êtes ici.

Impondérable : les archives de tony oursler

Exposition
Impondérable : les archives de tony oursler - Arles

«Impondérable» désigne un vaste projet de recherche dédié à la collection personnelle de l’artiste américain Tony Oursler. Il s’agit d’un remarquable trésor de plus de 2 500 photographies, publications et objets uniques qui retracent une histoire sociale, spirituelle et intellectuelle remontant au début du XVIIIème siècle. Oursler a nommé son projet « Impondérable », suggérant l’idée de ce qui ne peut être déterminé avec précision, mesuré, ou évalué de manière physique. Les scientifiques du XVIIIème siècle utilisaient ce terme pour décrire le magnétisme, l’électricité, et d’autres énergies qu’on ne parvenait pas alors à quantifier. De plus, l’impondérable suggère une sphère de spéculation ouverte peuplée de nombreux systèmes de croyances conflictuels. Mais Oursler s’intéresse aussi à la manière dont les idées sont présentées pour convaincre le public, et particulièrement à la fabrication et à la démythification des idées, ainsi qu’aux limites de la crédulité humaine, ou à l’absence de telles limites. C’est cette recherche initiale sur les phénomènes occultes et l’histoire des médias qui a mené Oursler à des idées sur la pensée spéculative, les frontières de la science, l’utilisation du spectaculaire, la magie, l’occultisme, et bien au-delà. Ces archives couvrent de nombreuses catégories telles que la magie de scène, la photographie spirite, la démonologie, la cryptozoologie, l’optique, le mesmérisme, l’écriture automatique, l’hypnotisme, les fées, les cultes, la paréidolie, le surnaturel, la théorie des couleurs et les OVNI. Pour Oursler, ces archives sont également le nid et le miroir d’une étonnante histoire familiale. Pour la Fondation LUMA cette exposition explore les nouvelles possibilités entre les archives et la production artistique, l’un de ses axes de programmation. « Impondérable » traduit les éléments d’archive sous la forme d’un film, d’une installation et d’une publication et nous offre un nouveau regard à la fois sur ce matériau recueilli par l’artiste depuis de nombreuses années et sur sa propre trajectoire créative. Le film 4D explore les systèmes de croyance conflictuels et en chevauchement qui sont implicites dans l’engagement de son grand-père dans la démythification de toute activité paranormale. Les archives sont également publiées sous la forme d’un ouvrage de six cents pages, entièrement illustré, qui présente les archives au public pour la première fois. Accompagnant un catalogue visuel substantiel des archives d’Oursler, mis en œuvre par l’artiste lui-même, cette publication réunit une importante commande de textes nouveaux, par des universitaires, des historiens, et d’autres passionnés de ces documents qui sortent assurément du cadre ordinaire.[...]