Vous êtes ici.

Exposition des lauréats du prix hsbc pour la photographie

Exposition
Exposition des lauréats du prix hsbc pour la photographie - Paris

Choisies le 31 janvier dernier, par le Comité exécutif sous la présidence de Stuart Gulliver, Directeur Général du groupe HSBC, parmi 10 photographes proposés par Simon Baker, conseiller artistique 2014, Delphine Burtin et Akiko Takizawa ont été présentées à la conférence de presse au siège d’HSBC France le mercredi 12 février à 18h30.Sa démarche « J’aime les accidents de la vue. J’aime lorsque l’on imagine voir quelque chose et qu’en réalité c’est autre chose. J’aime lorsque notre cerveau nous joue des tours et qu’il agit comme un trompe l’oeil, nous faire voir et croire ce qui n’est pas. J’aime m’encoubler dans les images du quotidien, capturer ou recomposer des copies d’une réalité à (re)mettre en doute. L’appareil photographique devient alors l’outil de mes expérimentations visuelles. En mêlant des images photographiées en studio ou en lumière naturelle, des découpages et des tirages re-photographiés, je tente de m’abstraire de la réalité afin de mieux la questionner. Je m’interroge sur ce qui réside dans chaque image, avec à l’esprit cette question : comment interpréter ce que nous livrent nos sens ? Cherchant à dialoguer avec ce que l’on montre et ce que l’on cache, je tends des miroirs déformants qui donneraient à voir une part de nous qui existe sans être pour autant la totale vérité. Tout cela devient une invitation à l’exploration métaphorique de nos rapports au monde et à l’autre. » (Delphine Burtin) Le regard du Conseiller Artistique 2014 “Delphine Burtin propose une combinaison séduisante et très intelligente de sa réaction instinctive face à son environnement quotidien. Elle exprime à travers son œuvre sa compréhension du potentiel physique de la photographie en tant qu’objet dans le monde. Composé de photos de formes et d’objets trouvés, et de tirages photographiques personnels qu’elle a coupés et pliés, son travail se situe à mi-chemin entre la photographie et la sculpture, un trait évident lorsque l’on observe la perfection avec laquelle elle utilise son espace. C’est une œuvre nette, mordante, conceptuelle, qui semble déjà affirmée et raffinée.” (Simon Baker) Sa démarche « Sachant qu’elle était sur le point de mourir, ma tante m’a dit qu’elle serait moins triste de partir si elle pouvait recevoir des lettres après sa mort. A mon avis, un appareil photo c’est comme une antenne : il envoie et reçoit des signes de vies perdues et objets morts autour de nous. C’est le chuchotage nerveux de la mort qui m’oblige à prendre des photos, et qui me permet de vivre. Dans la série « Where We Belong » (2006/2014) et la série « Headland » (2007/2013) les personnages qui apparaissent dans les photos sont mes parents, mais je les ai représentés comme des étrangers. Ils sont en réalité des étrangers qui voyagent vers une destination inconnue. Najima (2004/2013) est la région où mes grands-parents habitaient au Japon. Les photos ont été prises quelques jours avant la démolition de la maison suite à la mort de mon grand-père. » (Akiko Takizawa) Le regard du Conseiller Artistique 2014 « Cette étonnante série de photographies évoque le retour de l’artiste dans la maison de ses grands-parents, située dans les régions éloignées du nord du Japon, et la mort de son grand-père. Au-delà de cette histoire personnelle et du fait que la plupart des images représentent sa famille et la maison dans laquelle ils vivaient, ce travail doit être apprécié pour sa sensibilité visuelle incroyable. Dans la tradition de Issei Suda, Eikoh Hosoe et Daido Moriyama, Takizawa travaille le contraste intense, les noirs profonds et les reliefs éphémères dans des compositions dramatiques et chargées d’émotions. Les œuvres elles-mêmes dans leur format d’origine (et non les copies présentées) sont des phototypies sur papier traditionnel japonais, un procédé photographique extrêmement rare et précieux, produit dans le seul atelier qui ait survécu à Kyoto. Le travail de Takizawa est donc exceptionnel par son caractère à la fois physique et esthétique ; il pérennise l’honorable tradition japonaise de la photographie en noir et blanc depuis la Seconde Guerre mondiale. Takizawa est une artiste majeure et passionnante qui allie les procédés traditionnels aux idées contemporaines. » (Simon Baker)[...]