Vous êtes ici.

Dalí, l'autre visage

Exposition
Musée goya Castres
Dalí, l'autre visage - Castres

La force des illustrations de Dalí réside dans la complicité et l’interpénétration totale avec l’œuvre des auteurs qu’il accompagne. En effet, Dalí ne se contente pas d’illustrer les écrits mais il crée avec son langage plastique une œuvre unique qui entre en résonnance avec le texte et réciproquement. Cette symbiose avec les mots démontre s’il en était besoin l’érudition de Dalí, lecteur averti mais aussi écrivain lui-même. L’exposition de Castres présente de manière chronologique de 1934 à 1977, les différentes pièces sélectionnées soit 94 estampes, 2 dessins, 4 cuivres et 10 livres, provenant essentiellement des éditions de Michèle Broutta et du musée d’Issoudun. Parmi ces livres, trois sont écrits par Dalí lui-même mettant ainsi en lumière un aspect plus méconnu de son œuvre : Métamorphose de Narcisse (1937), Le Manifeste mystique (1951), et le Mythe tragique de l’Angélus de Millet (1963). Cette présentation permet d’apprécier la diversité des techniques graphiques employées par Dalí que le maître utilise de manière traditionnelle, comme la pointe sèche (voir La Quête du Graal ou le Décaméron) mais aussi qu’il réinvente en y associant de nouveaux procédés dont le bouletisme, terme inventé par l’artiste pour désigner l’action qui consiste à tirer des balles de plombs truffées d’encre lithographique à l’aide d’une arquebuse (voir Don Quichotte). Pour conclure ce parcours exceptionnel, le musée de Castres se devait de mettre à l’honneur le travail réalisé par Dalí en 1977 à partir de la célèbre série gravée des Caprices de Goya et présentée en intégralité durant l’été au musée lors d’une exposition-évènement, Salvador Dalí, hommage à Goya. Cette série fait partie des dernières gravures de Dalí qui cessera cette activité un an plus tard. Les huit eaux-fortes sélectionnées, permettent d’apprécier l’univers de Goya revisité par l’humour mordant d’un Dalí inspiré.[...]