Vous êtes ici.

Raphaël, titien, michel-ange

Exposition
Raphaël, titien, michel-ange - Paris

La Fondation Custodia est heureuse de présenter à Paris une sélection de l'exceptionnel ensemble de dessins des maîtres italiens de la Renaissance du Städel Museum de Francfort. Durant trois mois ce printemps, le public pourra admirer près de 90 chefs-d’œuvre des XVe et XVIe siècles de Raphaël, Titien, Michel-Ange, ou encore du Corrège, qui seront exposés dans les salles de l’hôtel Lévis-Mirepoix au 121 rue de Lille à Paris. Présenter au public français le meilleur de l’art du dessin est l’une des missions de la Fondation Custodia. La collection du Städel Museum, peu connue, fait partie de ces trésors qu’elle souhaite faire partager et ce fonds magnifique nous réserve de nombreuses surprises. Ses dessins italiens ont récemment fait l’objet de recherches approfondies et des interprétations inédites, ainsi que de nouvelles attributions, sont à découvrir dans le catalogue de l’exposition rédigé par Joachim Jacoby. La collection provient de la donation de Johann Friedrich Städel, banquier et grand collectionneur d’art. Son testament, rédigé en 1815, fut à l’origine de la création de la plus ancienne fondation-musée d’Allemagne, le Städel Museum. L’ensemble de dessins italiens de la Renaissance fut complété, au milieu du XIXe siècle, par l’historien de l’art John David Passavant et constitue aujourd’hui une partie de la collection de tout premier ordre, illustrant les différents courants artistiques de cette époque. Avant sa venue à Paris, cette exposition a été présentée au Städel Museum de Francfort. L’exposition proposera un large choix de dessins représentatifs de la période allant de 1430 à 1600, dont certains rarement ou jamais dévoilés au public. En premier lieu, des feuilles du XVe siècle attireront l’attention : quatre élégantes figures gothiques, en pied, du cercle de Pisanello (vers 1430), une étude à la pointe de métal, d’après nature, pour une Crucifixion (vers 1450), le dessin vénitien d’un jeune homme regardant vers le ciel (vers 1500), ou encore l’esquisse exceptionnelle d’une scène de deuil par l’artiste Marco Zoppo (vers 1470). Entre 1500 et 1525, l’art italien prenait une toute nouvelle direction. Cette période fut marquée par les artistes Fra Bartolommeo et Michel-Ange à Florence, Raphaël à Rome, Le Corrège à Parme et Titien à Venise, tous représentés au sein de l’exposition à la Fondation Custodia. Cette génération d’artistes travaillant dans les premières années du Cinquecento a produit des œuvres pionnières qui eurent une influence primordiale sur leur époque. Aux côtés des Têtes grotesques de Michel-Ange (vers 1525), trois dessins de Raphaël dont l’Étude d’un cavalier qui a servi à la réalisation d’une fresque en 1511/12 pour la Chambre d’Héliodore au Palais du Vatican ; Le prophète assis, du Corrège (vers 1523), ou encore l’étude tout à fait unique du Titien, préparatoire pour le retable de l’église Santi Nazaro e Celso à Brescia (vers 1519/20). L’exposition permettra aussi de contempler des œuvres de la seconde partie du XVIe siècle provenant d’Italie centrale et du Nord, couvrant une large zone géographique allant de Gênes à Venise. Les dessins d’Italie centrale, avec Florence et Rome, regroupent des œuvres vouées à la représentation du pouvoir et aux raffinements de la vie de cour. Ainsi, des dessins de Pontormo, Vasari, Zuccari, Poccetti et le Primatice ou encore de l’étude de Bronzino pour un plafond du Palazzo Vecchio à Florence (vers 1539/40). La sélection consacrée à l’Italie du Nord délectera l’œil du visiteur avec ses puissants dessins : la Vénus pleurant la mort d’Adonis (vers 1560) du Gênois Luca Cambiaso, l’Adoration des Mages (vers 1527/30) et le Portrait d’homme à la sanguine du très influent Parmigianino, ainsi qu’une Étude d’après la tête du Giuliano de Medici de Michel-Ange (vers 1545/60 ?) exécutée par Tintoretto, sans doute d’après un moulage de la célèbre sculpture de la chapelle Médicis à Florence. Seront exposés, des dessins préparatoires pour des fresques et tableaux, des études sur le motif, des paysages, ainsi que des portraits et des dessins finis, œuvres d’art autonomes, comme la représentation de Narcisse, au crayon noir, de Giuseppe Cesari, dit Cavalier d’Arpino (vers 1595/1600). La diversité et la qualité des œuvres de cette exposition, Raphaël, Titien, Michel-Ange. Dessins italiens du Städel Museum de Francfort (1430-1600), sont l’occasion d’appréhender l’ensemble des fonctions et techniques du dessin à la Renaissance, période à laquelle cet art connaît un épanouissement sans précédent.[...]