Vous êtes ici.

Profession : chef décorateur

Exposition
Profession : chef décorateur - Paris

L'exposition est consacrée aux dix dernières années d'enrichissement des collections de la Cinémathèque française et présente environ 150 documents illustrant l'art du décor de cinéma en France. Elle propose un parcours chronologique en trois temps, retraçant l'évolution du métier de l'après-guerre à nos jours. L'âge d'or des studios (1945-1960) À partir de 1945 et jusqu'aux années soixante, les studios situés autour de Paris tels que Boulogne-Billancourt, Joinville-le-Pont, Saint-Maurice entre autres, permettent à de grands chefs décorateurs comme Max Douy, Léon Barsacq, René Renoux ou encore Alexandre Trauner, d'inventer et de construire les décors de quelques-uns des plus grands films de l'histoire du cinéma français. Le déclin des studios (1960-1990) Même si la Nouvelle Vague impose de nouvelles pratiques de tournage en extérieur, elle ne met pas fin à l'usage des studios car de nombreux réalisateurs attachés à cette ancienne pratique lui restent fidèles. Cet outil sera encore, durant de nombreuses années, l'allié de la complicité entre des décorateurs et des réalisateurs tels que Jacques Saulnier et Alain Resnais, Pierre Guffroy et Roman Polanski. A partir de la fin des années soixante-dix, de nombreux studios disparaissent, victimes de la spéculation immobilière. Malgré tout, les années quatre-vingt voient la naissance des studios d'Arpajon, anciens hangars à pomme, situés dans l'Essonne et de ceux de Bry-sur-Marne. Témoins du renouveau des studios, ils fonctionnent et s'agrandissent, abritant des tournages aussi variés que prestigieux. À ce jour, les Studios de Paris basés à Saint-Denis leur succèdent. La délocalisation & le numérique (1990-2015) Aujourd'hui une nouvelle génération de décorateurs est confrontée à d'autres défis : délocalisations des tournages dans les studios des pays de l'Est moins coûteux pour les producteurs, évolution des techniques du numérique. Malgré tout, des décorateurs comme Jean Rabasse, William Abello, Anne Seibel, Jean-Marc Kerdelhué et Olivier Raoux perpétuent chacun à leur manière la tradition des chefs décorateurs. Et qu'ils aient étudié l'architecture, les Beaux-arts, la décoration ou qu'ils aient appris sur le « tas », ils restent pour plusieurs générations encore, les « architectes du rêve ».[...]

SES AUTRES ÉVÉNEMENTS

Voir les évènements