Vous êtes ici.

L'étoffe des rêves

Exposition
L'étoffe des rêves - Écouen

La notion de tissu d'ameublement concerne toutes les étoffes entrant dans le décor intérieur qu'elles soient murales (tentures), qu'elles recouvrent les meubles (garnitures de sièges, parures de lits) ou qu'elles viennent compléter ponctuellement le mobilier d'une pièce (tapis de table, nappes). Elle concerne des textiles tissés précisément pour une salle ou pour une occasion (mariage, réception, pompe funèbre, etc.). Des contingences climatiques, pratiques, décoratives et parfois diplomatiques entrent donc en ligne de compte dans la compréhension de ce domaine encore méconnu des arts décoratifs. Pendant le XVe siècle et la première moitié du XVIe siècle, la même industrie produisait les même tissus qu'ils soient destinés à l'ameublement ou à l'habillement. Comme le montrent les scènes de la tenture de David et Bethsabée présentées au premier étage, ces étoffes étaient lourdes et riches car souvent tissées avec des filés et des lamés d'or et d'argent ; les teintures étaient subtiles et également onéreuses ; les dessins complexes arboraient par prédilection la grenade et le chardon. Progressivement, le textile d'ameublement se distingua du textile vestimentaire par des métiers spécifiques aux montages longs et complexes, par une main d'œuvre qualifiée, par une diversification des motifs et des coloris et par des coûts élevés dont les inventaires après décès nous ont gardé la trace. Ces coûts bien supérieurs à ceux du bois des meubles révèlent le signe de reconnaissance sociale dont le textile était porteur ainsi que l'investissement financier qu'il représentait pour les commanditaires européens fortunés. L'accrochage ici proposé ambitionne de rendre toute sa place à l'art textile dans la vie quotidienne des XVIe et XVIIe siècles notamment autour des étoffes de lit qui sont l'objet d'un groupe de travail piloté par le musée national de la Renaissance. Cette nouvelle présentation permettra en outre de valoriser d'une part, l'aboutissement de la restauration d'une des pentes de la tenture aux armes des Gondi (E.Cl. 1204) et, d'autre part, les dons d'œuvres textiles faits par la Société des Amis du musée national de la Renaissance.[...]

SES AUTRES ÉVÉNEMENTS

Voir les évènements