Vous êtes ici.

L'amour, la mort, le diable

Exposition
L'amour, la mort, le diable - Limoges

Du 19 juin au 18 octobre la Ville de Limoges présente à la galerie des Hospices une exposition intitulée : L'amour, La mort, Le diable -­‐ Une collection particulière qui propose au public des oeuvres de la collection privée de Jean et Christina Mairet. Depuis une trentaine d'années Jean et Christina Mairet collectionnent. Ils ont acquis des oeuvres de plus de 100 artistes de 20 nationalités différentes. Nombreuses de ces oeuvres ont déjà été présentées par des musées internationaux parmi lesquels le Centre Pompidou, le PS1 à New-­‐York ou encore le Mori Art Museum à Tokyo. Les thèmes qui préoccupent le couple de collec'onneurs se révèlent par le choix des oeuvres : des pièces expressives, parfois provocantes, toutes teintées d'humour. Jean et Chris'na Mairet vivent entre Paris, le Limousin et Berlin. L'exposition L'amour, La mort, Le diable - Une collection particulière succède à celle montrée en novembre 2012 à Wuppertal à l’invitation de Gerhard Finckh, directeur du Von-­der-­‐Heydt-­Museum et de sa Kunsthalle. Sur la proposition d’Hubert de Blomac, commissaire de l’exposi'on à Limoges, le choix des oeuvres a été adapté à la configuration de la Galerie des Hospices, créant ainsi un nouveau parcours. A travers la scénographie de Jean-­‐Michel Ponty, elle dévoilera sur plus de 400 m2, vidéos, sculptures, peintures, installations, photos qui ébranleront avec le sens de l'humour et de l'absurde, nombre de tabous. Un voyage initiatique et inattendu autour de l’amour, de la vie, du corps, de la mort et du paradis. Seront ainsi présentées près de 70 oeuvres d’une trentaine d’artistes de différentes nationalités, parmi lesquels Gilles Barbier, Pascal Bernier, Joseph Beuys, Sophie Calle, Vincent Corpet, Charles Dreyfus, Nathalie Elemento, Maike Freess, Trine Lise Nedreaas, Georges Rousse, Djamel Tatah, Erwin Wurm ou encore Mâkhi Xenakis. La sensualité, l'ironie et la force inhabituelles des oeuvres semblera au premier abord évidentes. Mais il apparaitra rapidement que ce que l’on voit n’est pas toujours ce que l'on pense.[...]