Vous êtes ici.

Gail pickering

Exposition
Gail pickering - Noisiel

Pour sa première exposition d’envergure en France, l’artiste britannique Gail Pickering présente Near Real Time, une nouvelle installation vidéo offrant une réflexion contemporaine sur la notion de collectif et sur sa représentation visuelle. L’artiste a élaboré cette installation à partir des émissions de la Vidéogazette. Initiée en 1973 par les habitants du quartier de la Villeneuve à Grenoble, la Vidéogazette représente la première expérience de télévision communautaire en France. Ancrée dans une période clé du cinéma militant, elle offrait la possibilité à une communauté de produire sa propre image. L’enthousiasme s’essouffle rapidement. Lorsque l’expérience prend fin en 1976, nombre des habitants de la Villeneuve dénoncent en effet le rôle endossé par les activistes et témoignent d’une sensation de désappropriation de leur image au profit du politique. Cette expérience de réalisme social offre à Gail Pickering un espace antagoniste à l’intérieur duquel elle interroge la subjectivité de l’image télévisuelle. L’ensemble des séquences filmées, projetées dans les différentes salles du centre d’art, ricochent et se réverbèrent à travers les espaces selon la logique d’une image vidéo qui aurait subi plusieurs couches d’effacements : une image résiduelle ponctuée de noirs et d’interruptions. Cet ensemble est guidé par une même voix : c’est à travers elle que tous les protagonistes présents à l’écran articulent silencieusement et comme d’instinct un même monologue. Cette voix collective, qu’incarnent tour à tour narrateur et protagonistes, révèle à la fois la physicalité de l’image projetée et l’espace même du tournage. Near Real Time nous rappelle ici que l’instantanéité de la transmission en direct se heurte toujours à la résistance du corps qu’elle désire et cherche pourtant à atteindre. Spécifiquement produite pour le Centre d’art contemporain de la Ferme du Buisson, l’installation Near Real Time est exemplaire de la pratique et de la recherche artistiques de Gail Pickering. Là encore, on retrouve l’un des éléments clé du travail de l’artiste : l’utilisation de matériaux historiques qu’il ne s’agit pas d’approprier de manière littérale, mais de révéler à travers des mises en scène convoquant des opérations telles que l’imitation, l’illisibilité, l’ellipse ou l’interruption. Ces mises en scène résultent également de collaborations avec un ensemble d’individus ou groupes d’individus – généralement des acteurs professionnels et amateurs – qui sont les protagonistes tout autant qu’ils participent à la production de l’œuvre. Dans toutes ses œuvres, il s’agit pour l’artiste non d’invoquer le passé mais bien de nous positionner dans le présent et de nous inciter à nous interroger sur le fait de se confronter à l’histoire à travers ses résidus.[...]