Vous êtes ici.

Agartha / photométéores

Exposition
Agartha / photométéores - Paris

Edouard Wolton est diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris depuis 2010. Pour sa première exposition personnelle au sein d’une galerie, ce jeune artiste présente une scénographie en deux volets (1) en proposant des œuvres où se mêlent les mathématiques, la géométrie et le Naturel. A travers une étude des minéraux, des phénomènes lumineux ou bien encore des théories géométriques, l'artiste tisse un lien entre différents éléments extraits de la nature pour les inscrire dans une pensée cohérente et rationalisée de la représentation. Agartha, titre de la première exposition, relève de la théorie selon laquelle la terre serait creuse et renfermerait un système ordonné avec un soleil propre. Ce terme renvoie donc à un espace inaccessible où résiderait la connaissance totale. Cette hypothèse artistique est mise autant en relation avec des théories scientifiques que des approches poétiques ou des romans de science-fiction, comme le Voyage au centre de la terre de Jules Verne. Ce nom Agartha, celui d’un royaume souterrain légendaire, permet de tisser un lien entre le paysage, la roche, les minéraux et les différentes théories mathématiques dans la perspective de créer une rationalisation complète des éléments. La montagne creuse, la croute terrestre, l’imaginaire et les symboles forment un monde autonome et total... Le titre de la seconde exposition, Photométéores, désigne elle des phénomènes optiques résultant d’une modification de la lumière solaire ou terrestre. Les manifestions les plus fréquentes, comme les arcs-en-ciel, les étoiles filantes ou encore les crépuscules, imprègnent notre quotidien. Ainsi ces processus, longtemps fantasmés, créent un lien immatériel entre notre atmosphère et le cosmos. Semblables à des vortex lumineux, ses œuvres associent sources de lumières célestes et organiques (corail, lucioles, etc.) pour retranscrire au mieux l’ordre du Naturel. « Le premier contact avec l’œuvre d’Édouard Wolton est un vertige. Entre identité esthétique forte et motifs hétéroclites, entre délice plastique et démarche conceptuelle rigoureuse, entre hommage à la rationalité et dérive mystique, l’art oxymore de ce jeune peintre joue et se joue des contradictions inhérentes à la question de la représentation. Revendiquant la relation nécessaire de toutes ces oppositions, sa création navigue en eaux troubles, mais cette rivière peuplée de hiatus est bien seule et unique. À l’instar de nombreux jeunes artistes de sa génération, Édouard Wolton a fait le choix de la peinture pour rendre compte d’un univers dont la contemplation ne cesse de produire de nouvelles interrogations. Pour autant, sa production plastique est inséparable de la somme d’études et de recherches qui président à la création de ses paysages silencieux. Des considérations esthétiques platoniciennes à la géométrie euclidienne, la genèse de la capacité humaine d’abstraction constitue un terrain de jeu évoqué et interrogé par sa peinture de la figuration. Une figuration qui fait écho à la peinture de paysage, tradition à laquelle Édouard Wolton a consacré une grande partie de ses recherches, menant conjointement son enquête sur le terrain historique (documents, conférences) et pratique (réalisations de tableaux « à la manière de », réactivation des techniques classiques dans ses propres tableaux, emprunts). En s’approchant ainsi de la nature, Édouard Wolton nous projette vers une représentation mentale, élaborée dans le secret de l’atelier, usant de motifs comme autant d’items compilés pour mettre en place une construction idéale. Si elle se compose principalement d’une production picturale, l’œuvre d’Édouard Wolton déploie donc un champ de recherche dense qui puise dans l’histoire de l’art les racines d’une réflexion nouvelle sur la perception. ». Extrait du texte de Guillaume Benoit, 2015[...]

SES AUTRES ÉVÉNEMENTS

Voir les évènements