Vous êtes ici.

Ningura napurrula Réclamer cet artiste

Artiste

Originaire du Désert de Gibson et membre de la communauté artistique de Kintore, Ningura Napurrula s’était fixée à Papunya avec d'autres membres de l'ethnie pintupi, chassés de leurs territoires ancestraux par la politique gouvernementale de déplacement des populations aborigènes, mais aussi par la dégradation de leur environnement due à l’introduction de bétail sur leurs terres. Quand à partir des années 1970, la peinture sur toile s’est développée à Papunya, le mari de Ningura Napurrula, Yala Yala Gibbs Tjungurrayi, y imposa les motifs traditionnels utilisés jusque là dans les peintures sur sol réalisées pour célébrer les «Hommes Tingari», figures emblématiques des Pintupi. C’est de lui que l’artiste a appris à mettre en scène certains épisodes du Temps du Rêve, durant lesquels des ancêtres parcouraient le continent australien en compagnie de leurs femmes et de jeunes apprentis et fondaient à chacune de leurs étapes des sites cérémoniels. Ningura était respectée de ses contemporains, pour son rôle culturel et pour son talent d’artiste. Pendant les dix-huit années de sa carrière, elle a exercé une influence déterminante sur les autres femmes Pintupi, peignant aussi à l’occasion avec les Artistes de Papunya Tula. Son style n’était pas seulement une affaire d’intuition, il était innovant : c’est elle qui a créé le style dichromatique qui deviendra sa signature et la rendra si célèbre. Ses lignes puissantes, au tracé sûr, demeurent sans équivalent, tout comme sa capacité à interpréter visuellement les objets et les actions propres à sa culture. A mesure que sa carrière prenait de l’élan, Ningura accumula les consécrations. Elle avait une conscience très claire de la façon dont son oeuvre était perçue et savait combien le public l’estimait. Elle participa à cent soixante expositions de groupe, et eut trois expositions monographiques. La National Aboriginal and Torres Strait Islander Art Award, The Alice Prize, organismes prestigieux, l’ont sélectionnée et exposée. New York, Paris, Lyon, Londres, Turin, Washington, Singapour et Berlin ont montré ses oeuvres, lui permettant d’acquérir une réputation internationale. En 2003, une de ses peintures fut reproduite sur un timbre en Australie et l’année suivante, elle était choisie avec sept autres artistes aborigènes pour exécuter une oeuvre monumentale intégrée à l’architecture du musée du quai Branly. Avec cette réalisation, dont elle tirait une grande fierté, la carrière de Ningura atteignit son apogée.[...]

RECLAMER CET ARTISTE !